Journal de Marathon : Semaine #5–30km et adaptation

Khalil Tarhouni
4 min readDec 27, 2023

La fin de la première partie de mon programme de préparation pour le marathon de Séville a été marquée par la fameuse sortie longue de 30km. Je reviendrai en détail par rapport à cette séance dans ce billet. Mais avant cela, cette 5ème semaine a été pour moi un aimable rappel sur l’importance de l’adaptation. Nous pensons toujours que nous sommes flexibles et que nous pouvons nous adapter à toutes les situations. Mais le confort de l’habitude et l’inconfort de l’inhabituel font en sorte que nous résistons parfois aux changements, quels qu’ils soient.

A l’aube de 2024, je profite de l’occasion pour me rappeler à moi-même de toujours garder une certaine ouverture d’esprit et une malléabilité mentale pour faire face à ces changements. Bonne année et bonne lecture.

Plan Hebdomadaire :

La semaine #5, une semaine qui aura vu un changement de programme. Un rappel que l’adaptation est clé et que rien n’est figé.

  • Lundi : Repos + séance chez ma kiné. Au menu décrassage et massage, surtout le bas du corps. On termine la séance avec 10min de machine à compression d’air pour les jambes. Cette séance est d’une importance capitale mais les étirements doivent être toujours au menu des journées.
  • Mardi : EF 1H15. RAS. Même parcours, même rythme, mêmes sensations.
  • Mercredi : Repos + exercices genou.
  • Jeudi : Repos et home-made pasta.
  • Vendredi : Sortie longue 30km
  • Samedi/Dimanche : Repos + weekend en famille. Une petite randonnée à Ain Drahem.

Bilan Physique et mental :

La fin des sorties longues comme celle de vendredi, 30km, nous fait généralement poser la question : comment je suis arrivé là ? Les douleurs qui se propagent des genoux vers les quadriceps et les mollets nous font mal et siffle au cerveau l’idée de s’arrêter là. Ne pas continuer pour épargner au corps plus de douleurs. Les 3 derniers kilomètres ont été pour moi un vrai challenge. Une vraie guerre est lancée entre la partie qui veut s’arrêter et celle qui veut continuer. David Goggins dit que le cerveau lâche toujours plutôt que le corps. C’est vrai, puisque lorsqu’on résiste à l’idée de l’abandon et on continue jusqu’au bout, le corps nous suit et on arrive à terminer.

Mentalement, pour tenir, je commence par diviser la course. “3 courses de 10km je me dit au début”. Puis, à 9km, je me dis qu’il me reste un semi-marathon. Et ainsi de suite jusqu’au 5 derniers kilomètres où j’ai vraiment senti que c’était interminable. D’ailleurs, j’ai eu l’impression que le plus long kilomètre était le 26ème. A 3km de la fin je me dis qu’il me reste un aller/retour de 1.5km. Et à la fin, on ne se ne rappelle rien.

Faits saillants et défis :

Au-delà de la sortie longue elle-même, le vent de face pendant plusieurs kilomètres m’a un peu ralenti et surtout énervé. J’ai dû donc changer de circuit et improviser. L’improvisation a fait que passe par des routes où il y’a avait du trafic et nous savons tous combiens c’est embêtant de courir entre les voitures. “Les vents soufflent comme notre bateau, nous sommes les vents, nous sommes la mer et les navires”. Ce proverbe arabe m’a fait rappeler encore une fois l’importance de l’adaptation.

Heifa, ma chère coach, m’a fourni la deuxième partie du plan d’entraînement. Le meilleur cadeau de fin d’année. J’ai ouvert l’email comme un gosse le jour de l’aïd. Très excité d’attaquer les 4 prochaines semaines.

En passant, je voudrais remercier Ahmed Fehem de m’avoir sauvé avec les gels nutritions. Ils ont été d’une grande aide.

Ressources et astuces :

What’s next :

La semaine prochaine, semaine 6, nous aurons droit à 3 séances EF. Une semaine light pour bien accueillir 2024. Après ça, on reprend avec les fameux fractionnés et les sorties longues.

C’était le 5ème billet du journal de mon premier marathon, si vous avez des questions, remarques, feedback…etc, n’hésitez surtout pas.

A la semaine prochaine,

Yallah !

--

--